• Structurer les services de l’eau par une approche participative En savoir plus
  • Accompagner la mise en place d’une gestion durable et responsable des déchets ménagers En savoir plus
  • Développer une filière durable de production de l'Ylang Ylang En savoir plus
  • 1
  • 2
  • 3
Avec près de 400 tonnes de déchets* déversées chaque jour dans des dépôts sauvages, sur le littoral ou incinérées à l’air libre, la gestion des déchets aux Comores constitue un véritable enjeu de santé publique et de protection de l’environnement.  

L’Etat, à travers la direction générale de l’environnement et des forêts, les îles autonomes, les communes et les partenaires comme l’Union Européenne, les coopérations françaises, italiennes, allemandes ou japonaises s’investissent dans la mise en place d’une politique sectorielle pour appuyer la décentralisation comorienne dans la prise en main de la gestion de leurs déchets.

2Mains, à son échelle, apporte sa pièce à l’échiquier en développant des activités pilotes innovantes. C’est ainsi qu’en 2018, la capitale, Moroni, sera dotée d’un Centre de Tri et de Traitement pour la valorisation des déchets non biodégradables. 

Les cannettes aluminium, les sachets et bouteilles plastiques, les papiers et cartons ou encore les récipients en verre pourront bientôt être traités puis valorisés, soit environ 10% des déchets ménagers produits. 

Des points d’apport volontaire seront disposés dans toute la ville d’ici mi-2018 et un service de motobennes assurera la collecte et l’acheminement des déchets recyclables jusqu’au centre de tri. 

Après broyage ou compactage, les déchets seront valorisés soit par une exportation vers des centres de traitements adaptés, soit directement sur place par leur transformation en valeur ajoutée grâce au savoir faire d’artisans comoriens. 

Des campagnes de sensibilisation, menées par des associations locales, complèteront le dispositif pour alerter sur les dangers sanitaires et environnementaux des déchets et encourager le tri à la source. La réussite de ce projet ne dépendra que de l’investissement de chacun dans cette nouvelle phase de la gestion des déchets aux Comores.

 

 

 

*  Projection population 2016 sur recensement 2003 et sur une base de 0,5kg de déchets/pers./jour